Effectuer la visite médicale de reprise

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2019

Sommaire

Effectuer la visite médicale de reprise

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Si vous devez vous arrêter de travailler en raison d’une maladie ou d’un accident, votre médecin traitant vous délivre un arrêt de travail, qu’il peut renouveler si besoin.

À la fin du dernier arrêt de travail, vous devez reprendre le travail. Dans certains cas, votre employeur est tenu d’organiser votre visite de reprise pour que le médecin du travail détermine si vous êtes en mesure de retourner à votre poste.

Voici les étapes à suivre pour effectuer la visite médicale de reprise.

Lire l'article Ooreka

1. Attendez de recevoir une convocation de votre employeur pour effectuer la visite médicale de reprise

Dès qu’il a connaissance de la fin de votre arrêt de travail, votre employeur a l’obligation de vous convoquer à une visite médicale de reprise dans les situations suivantes :

  • arrêt maladie ou accident d’origine non professionnelle d’au moins 30 jours ;
  • arrêt d’au moins 30 jours lié à un accident du travail ;
  • maladie d’origine professionnelle (quelle que soit la durée de l’arrêt) ;
  • fin d’un congé maternité.

Vous devez passer cet examen au plus tard dans les 8 jours qui suivent votre reprise du travail.

Votre employeur peut vous convoquer à cette visite par tous moyens : courrier, remise de la convocation en mains propres, email, etc. (Cass. soc. 28 avril 2011, n° 09-40.487). Il est inutile de répondre à votre employeur pour confirmer votre présence.

Si votre employeur ne vous a pas convoqué à la visite de reprise, demandez-lui qu’il l'organise. Faites votre demande sous la forme d’un courrier recommandé avec accusé de réception et rappelez-lui :

Lire l'article Ooreka
Consulter la fiche pratique Ooreka

2. Présentez-vous à la visite médicale de reprise

Présentez-vous à la visite médicale de reprise. Ceci est important car si vous refusez de façon répétée de vous présenter, vous pouvez être licencié (Cass. soc. 17 octobre 2000 n° 98-46.334).

Si vous ne pouvez pas être présent au moment où l'employeur vous a convoqué, prévenez l'employeur pour qu'il vous convoque à un autre moment. De cette façon, vous pourrez prouver que vous ne vous êtes pas opposé au bon déroulement de la visite médicale. 

Votre employeur doit vous rémunérer pour le temps passé à la visite médicale.

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

3. Faites face aux conséquences de la visite médicale de reprise

À l’issue de la visite médicale de reprise, le médecin du travail se prononce sur votre aptitude médicale à reprendre votre emploi.

Cas 1 : vous êtes déclaré apte à la reprise du travail

Si le médecin du travail vous déclare apte sans réserve, vous pouvez immédiatement reprendre le travail.

S’il vous déclare apte avec réserves, votre employeur devra aménager votre poste et éventuellement vos horaires de travail afin que vous puissiez retourner sur votre poste de travail.

Cas 2 : vous êtes déclaré inapte à la reprise du travail

Vous êtes déclaré inapte, vous ne pouvez pas reprendre le travail. Depuis le 1er janvier 2017, un seul examen peut suffire à constater votre inaptitude. Cependant, le médecin du travail peut décider d’organiser un second examen sous 15 jours s’il l’estime nécessaire.

Votre employeur est alors tenu de chercher à vous reclasser dans l’entreprise, mais aussi dans le groupe dont fait partie l’entreprise, s’il existe. En effet, le médecin du travail peut décider que vous êtes inapte à exercer votre travail mais que vous êtes apte à tenir un autre type de poste.

Si votre reclassement s’avère impossible ou si vous avez refusé les propositions de poste de votre employeur, votre employeur peut vous licencier pour inaptitude.

Consulter la fiche pratique Ooreka