Reprendre le travail après un congé parental

Sommaire

Reprendre le travail après un congé parental

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Le moment approche : vous allez devoir reprendre le travail après votre congé parental. Si on parle souvent du « baby blues » après l'accouchement, on évoque moins le blues du retour au travail, alors que vous allez devoir quitter votre enfant et vous replonger dans le monde professionnel.

Bien anticiper et préparer votre reprise du travail vous facilitera nettement les choses ainsi qu'à vos proches.

Voici quelques conseils pour vous préparer à reprendre le travail après un congé parental.

Lire l'article Ooreka

1. Renouvelez votre congé parental pour une reprise en douceur du travail

Sachez que vous pouvez renouveler 2 fois votre congé parental, jusqu'aux 3 ans de votre enfant.

  • N'hésitez pas à renouveler votre congé si vous souhaitez rester plus longtemps avec votre enfant et que vous le pouvez financièrement. 
  • Ne vous précipitez pas au travail après un an de congé parental. Certains de vos droits vous permettent de reprendre progressivement contact avec le monde professionnel et de vous adapter à votre nouvelle vie :
    • droit à vous former (vous ne serez pas rémunéré mais bénéficierez d’une protection en matière d’accidents du travail et de maladies professionnelles) ;
    • droit à faire un bilan de compétences ;
    • droit à transformer votre congé parental en période d’activité à temps partiel ou l'inverse ;
    • droit à avoir une activité d'assistante maternelle.
  • Un mois avant la fin de votre premier congé parental, informez votre employeur de votre souhait de le renouveler par lettre recommandée. Informez-le également de votre volonté de reprendre à temps partiel (ou l'inverse). Vous pourrez ainsi bénéficier de 2 ans de plus auprès de votre enfant, en renouvelant votre demande chaque année.
Lire l'article Ooreka
Consulter la fiche pratique Ooreka

2. Connaissez vos droits lors de la reprise de votre travail après un congé parental

Vous bénéficiez d'un certain nombre de droits lorsque vous reprenez le travail à l'issue de votre congé parental. Prenez le temps de les connaître et de les faire valoir :

  • Assurez-vous que vous retrouvez bien votre emploi ou, à défaut, un poste similaire, avec un salaire équivalent (avec, si nécessaire, la mise en œuvre de la garantie de rattrapage salarial prévue par le Code du travail).
  • Demandez l'entretien sur vos perspectives d'évolution de carrière, de qualification et d'emploi. C’est une obligation pour l’employeur. Vous devrez avoir un compte-rendu écrit de cet entretien. Dans ce cadre :
    • Bénéficiez d’une formation professionnelle, surtout si les équipements utilisés ou les méthodes de travail ont évolué durant votre absence. Vous pouvez la suivre avant la fin de votre congé parental (le congé cessera à l'entrée en formation). C’est à l’employeur d’organiser cette formation. S’il ne le fait pas, il ne pourra pas en tirer les conséquences (licencier pour insuffisance professionnelle par exemple).
    • Demandez une remise à niveau si vous en ressentez le besoin.
  • Vérifiez que les avantages liés à votre ancienneté sont maintenus. Le congé doit être pris en compte pour la moitié de sa durée (sauf si votre convention prévoit des conditions plus favorables).
  • Vous pouvez être licencié durant la durée de votre congé parental, mais uniquement pour des raisons non liées à ce dernier comme par exemple des difficultés économiques de l'entreprise.
Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

3. Anticipez votre retour au travail après un congé parental

Évitez de couper tout contact avec votre travail, 3 à 4 ans c'est long, on risque de vous oublier et de vous en vouloir d'avoir disparu sans donner de nouvelles. L'accueil sera froid : anticipez votre retour en gardant un contact avec votre entreprise. Il ne s'agit pas de penser tout le temps à votre travail, n'oubliez pas que vous êtes en congé parental, mais vous pouvez maintenir un lien.

  • Envoyez des nouvelles ou passez au travail de temps en temps, une fois par trimestre par exemple. Envoyez vos vœux pour le Nouvel An. N'envahissez pas vos collègues de photos de bébé, ils travaillent, mais pensez que recevoir un mot à son anniversaire fait toujours plaisir !
  • Tenez-vous au courant des évolutions de votre entreprise. Envoyez un mail de félicitation aux réussites notables de votre équipe ou de votre entreprise (nouveau marché, article dans le journal, etc.) ou bien à vos collègues qui auraient reçu une promotion par exemple.
  • Quand se profile l'issue de votre congé, passez au travail, déjeunez avec vos collègues pour prendre la température : l'ambiance, les nouveautés… mais n'entrez pas dans les ragots.
  • Renseignez-vous auprès de votre DRH ou de votre employeur car certaines entreprises organisent le maintien d'un lien pendant le congé parental : invitation aux assemblées générales, aux pots de départs ou envoi des informations internes.

4. Aménagez-vous un équilibre vie professionnelle / vie de famille

Vous avez choisi le congé parental pour vous consacrer à votre enfant les premières années de sa vie, il va falloir bientôt vous habituer, lui et vous, à une séparation quotidienne. Elle peut être douloureuse si vous ne l'avez pas anticipée, une nouvelle habitude cela se construit petit à petit.

Évitez un changement trop brutal

Progressivement, prenez du temps pour vous sans votre enfant. Allez à des rendez-vous médicaux, à la gym, marcher, voir des amis, etc. Vous pourrez confier votre enfant à une amie, votre conjoint ou une baby sitter.

La dernière année, sauf si vous l'avez fait avant, pensez à utiliser la possibilité que vous avez de faire un bilan de compétences ou une formation. Vous vous remettrez ainsi progressivement dans votre identité professionnelle et votre famille intègrera ce changement plus facilement.

Pensez à rechercher un mode de garde qui vous convient

Inscrivez très tôt votre enfant dans un mode de garde.

Renseignez-vous auprès de votre mairie, avant même la naissance, ou auprès de votre entreprise, certaines ont des crèches internes ou des accords avec des crèches collectives ou familiales.

Si votre enfant est en âge d'aller à l'école, inscrivez-le. Rencontrez les enseignants, renseignez-vous sur la garderie périscolaire. Pensez au mercredi : quel mode de garde ? des activités de loisirs ?

Si votre enfant n'est pas en âge d'entrer à l'école, à l'instar des accueil collectifs (crèches) et même si votre enfant est gardé par un de vos proches, respectez une période d'adaptation progressive où vous laisserez votre enfant chez la personne qui le garde sur des périodes temporelles de plus en plus longues. Commencez dans les 2 mois qui précèdent votre reprise de travail.

Lire l'article Ooreka

Préparez un planning de vos nouvelles semaines

Marquez sur un tableau :

  • vos temps de travail ;
  • vos temps de trajet (pensez à y intégrer tout ce que vous pouvez faire sur le trajet comme des courses et rendez-vous par exemple) ;
  • vos temps de trajets pour vos enfants comme ceux liés à leurs activités ;
  • vos temps d'entretien de la maison (planifiez sur la semaine et déléguez en famille si possible) ;
  • vos temps pour vous (repos, activité) et pour votre enfant.

5. Préparez-vous à faire respecter vos droits à la reprise de votre travail

Pour faire respecter vos droits, il vous faudra peut-être batailler.

  • Soyez confiant, vous connaissez vos droits. Si on ne vous le propose pas, commencez par demander un entretien formel avec votre supérieur ou le service des ressources humaines et :
    • vérifiez avec lui que vous avez bien un emploi similaire. Il doit chercher une solution si votre poste a disparu ;
    • n'hésitez pas à demander une formation ou une remise à niveau si nécessaire.
  • Si vous n'arrivez pas à avoir gain de cause malgré tous vos arguments légaux, vous pourrez en ce cas informer les instances représentatives du personnel de votre entreprise, la Médecine du travail puis l'Inspection du travail ou le Défenseur des droits (ex. Halde) car cela signifierait que vous êtes victime de discrimination au travail. Vous pourrez le faire par saisine en ligne.