Licenciement pour maladie

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2019

Sommaire

Une mesure de licenciement peut parfois être la conséquence indirecte de la maladie, d'origine non professionnelle, du salarié. Dans quels cas le licenciement d'un salarié pour maladie non professionnelle peut-il être envisagé ? Faisons le tour de la question.

Le licenciement d'un salarié en raison de sa maladie est-il possible ?

Il est une chose primordiale à retenir : la maladie d'un salarié ne peut en aucun cas permettre de justifier son licenciement (article L. 1132-1 du Code du travail).

Licencier un salarié en raison de son état de santé est parfaitement prohibé et considéré comme discriminatoire. Si l'employeur méconnaît cette règle, alors le salarié peut demander aux juges de reconnaître la nullité de la rupture du contrat. En cas de licenciement, le salarié est réintégré, s'il le souhaite, dans son précédent poste. À défaut, il est indemnisé en conséquence.

Pour autant, la maladie d'un salarié peut, sous de strictes conditions, entraîner le licenciement du salarié. Tel est le cas lorsque :

  • la maladie entraîne des absences prolongées et répétées ;
  • le salarié est déclaré inapte par le médecin du travail ;
  • le salarié commet une faute ;
  • l'employeur est dans l'impossibilité de maintenir le contrat pour des raisons sans lien avec la maladie.

Absences répétées et prolongées pour cause de maladie : le possible licenciement

Lorsque la maladie d'un salarié entraîne des absences prolongées ou répétées, le licenciement peut être envisagé. Pour cela, 2 conditions cumulatives doivent nécessairement être remplies :

  • les absences répétées ou prolongées perturbent le fonctionnement de l'entreprise en créant par exemple, une surcharge de travail pour les autres salariés, un mécontentement de la clientèle, etc. (Cass. soc., 12 janvier 2016, n° 14-17.642). Attention toutefois, ces absences doivent perturber un service essentiel au sein de l'entreprise. Si la preuve n'est pas apportée que le service considéré est indispensable au bon déroulement de l'activité de l'entreprise, le licenciement sera considéré comme nul pour motif discriminatoire lié à l'état de santé du salarié (Cass. soc., 23 mai 2017, n° 14-11.929) ;
  • le remplacement définitif (CDI) du salarié s'impose (Cass. soc., 30 juin 1993, n° 90-44.165).

En présence d'une clause de garantie d'emploi, le licenciement du salarié peut être retardé car il ne peut être mis en œuvre qu'après l'expiration d'une période définie par ladite clause.

L'employeur, s'il remplit toutes les conditions susvisées, peut alors licencier son salarié en respectant la procédure applicable au licenciement pour motif personnel :

  • convocation à un entretien préalable ;
  • déroulement de l'entretien ;
  • notification du licenciement ;
  • respect d'un préavis ;
  • remise des documents de fin de contrat.

Cette procédure peut être légèrement différente et plus complète si des dispositions conventionnelles s'imposant à l'employeur le prévoient.

Le salarié perçoit :

Maladie du salarié : inaptitude du salarié

La maladie d'un salarié peut conduire le médecin du travail a prononcé l'inaptitude du salarié à exercer ses fonctions.

Un salarié inapte peut faire l'objet d'une mesure de licenciement lorsque (article L. 1226-2-1 du Code du travail) :

  • l'employeur justifie de son impossibilité de proposer un emploi approprié aux capacités du salarié ;
  • le salarié refuse les propositions de reclassement de l'employeur ;
  • le médecin du travail a mentionné dans l'avis que tout maintien du salarié dans un emploi serait gravement préjudiciable à sa santé ou que l'état de santé du salarié fait obstacle à tout reclassement dans un emploi.

L'inaptitude en elle-même ne suffit donc pas à justifier le licenciement du salarié. Lorsque l'une des 3 conditions précédentes est remplie, l'employeur peut alors licencier son salarié. Pour cela, il doit respecter la procédure de licenciement pour motif personnel.

Le salarié perçoit, s'il en remplit les conditions d'attribution, une indemnité de licenciement et une indemnité compensatrice de congés payés. Étant en arrêt de travail et ne pouvant effectuer la période de préavis, il ne perçoit pas l'indemnité compensatrice de préavis, sauf si une disposition conventionnelle prévoit le contraire.

Lire l'article Ooreka

La faute grave et l'impossibilité de maintenir le contrat permettent le licenciement d'un salarié malade

Un salarié malade peut également faire l'objet d'un licenciement :

  • disciplinaire pour faute : la faute peut avoir été commise avant l'arrêt de travail et avant l'apparition de la maladie ou pendant (non-respect de l'obligation de loyauté par exemple). Dans un tel cas, l'employeur doit respecter la procédure de licenciement disciplinaire et respecter les délais applicables pour sanctionner le salarié ;
  • lorsque l'employeur se trouve dans l'impossibilité de maintenir le contrat de travail pour des raisons étrangères à l'état de santé du salarié, c'est-à-dire pour un motif économique (cessation d'activité de l'entreprise par exemple).
Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Rupture côté employeur

Sommaire

Licenciement

Licenciement pour absence injustifiée Licenciement pour retard Préparer son entretien de licenciement Lettre de licenciement remise en main propre Licenciement pour faute lourde Préavis licenciement Après un licenciement Licenciement pour insubordination Lettre de licenciement Contester un licenciement Licenciement pour vol Demande de convocation en audience de conciliation des prud'hommes pour licenciement abusif Formalités licenciement Licenciement avec transaction Refus de travailler Contestation d’un licenciement injustifié auprès de l’employeur Licenciement pour insuffisance professionnelle Licenciement pour maladie professionnelle Droits des salariés lors d'un licenciement économique Transaction suite à licenciement Licenciement pour restructuration Licenciement prud'hommes Cif et licenciement Demande de dispense de tout ou partie du préavis Indemnités de licenciement imposables Inaptitude totale Licenciement économique Licenciement sans préavis Licenciement pour cause de liquidation judiciaire Contrat de sécurisation professionnelle 7 recours pour faire face à un licenciement arbitraire Licenciement pour abandon de poste Procédure licenciement Licenciement pour maladie Indemnité supra légale Licenciement CESU Licenciement pour absences répétées Contestation du licenciement économique Droit du travail et licenciement Notification à la DIRECCTE d’un licenciement économique de 1 à 9 salariés Licenciement économique collectif Que faire en cas de faute grave d'un salarié ? Nullité du licenciement Reclassement Procédure en cas de licenciement économique Incompatibilité d'humeur au travail Motif licenciement Ordre des licenciements Licenciement injustifié Licenciement pour inaptitude avec danger immédiat Licenciement pour faute grave Licenciement en CDI Licenciement d'une femme enceinte CPF et licenciement Licenciement d'un salarié protégé Lettre de licenciement pour faute grave ou lourde Licenciement économique individuel Jours de carence et licenciement Licenciement pour faute Notification d’un licenciement économique Licenciement pour inaptitude Entretien préalable au licenciement Indemnité compensatrice de congés payés Information de la DIRECCTE d'un licenciement économique de plus de 10 salariés Conséquences du licenciement sur la protection sociale Rupture du contrat de travail Licenciement pour inaptitude médicale Indemnité transactionnelle Convocation à un entretien préalable de licenciement pour faute grave ou lourde Plan de sauvegarde de l'emploi Notification de licenciement pour abandon de poste Licenciement suite à un accident du travail Contrat de travail : comment éviter d'avoir à faire son préavis ? Convocation à l'entretien préalable de licenciement Indemnités de licenciement Faute simple

Plan de départ volontaire

Plan de départ volontaire

Rupture pendant la période d'essai

Délai de prévenance