Loi Florange

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2019

Sommaire

La loi Florange est une loi « visant à reconquérir l'économie réelle ». Cette loi du 29 mars 2014 s'applique dans le cadre du droit des sociétés. Elle comporte 2 principaux titres : l'obligation de rechercher un repreneur en cas de fermeture d'un établissement et les des mesures qui favorisent l'actionnariat de long terme à travers l'instauration d'un droit de vote double. Explications.

Origines de la loi Florange

La loi « visant à reconquérir l'économie réelle » du 29 mars 2014, dite « loi Florange » a été inspirée par la situation de l'établissement de Florange (en Moselle) de la société ArcelorMittal.

Cette société de sidérurgie a décidé de fermer son établissement de hauts-fourneaux à Florange pour plusieurs raisons dont :

  • une baisse de la consommation mondiale d'acier ;
  • le site de Florange était le moins rentable du groupe en France.

L'établissement de Florange était rentable mais au final, ce sont 629 salariés qui ont été licenciés.

Florange : les enseignements

Pour éviter qu'un groupe ne puisse fermer un établissement rentable, le gouvernement a décidé d'adopter des mesures :

  • rendant obligatoire la recherche d'un repreneur fiable avant toute fermeture d'un établissement ;
  • améliorant l'information aux salariés et aux comités d'entreprise ;
  • stabilisant l'actionnariat de long terme.

Loi Florange et obligation de rechercher un repreneur

Entrée en vigueur dès le 1er avril 2014, la loi Florange impose à toute société qui souhaite fermer un établissement de rechercher un repreneur fiable.

Les sociétés concernées par la loi Florange

Doit suivre les obligations de la loi Florange un groupe de plus de 1 000 salariés, qui :

Les obligations à respecter

Une société qui remplit toutes ces conditions doit :

  • informer les salariés, à travers le comité d'entreprise au moins 2 mois avant la date prévue de la cession de l'établissement ;
  • établir un document présentant l'établissement avec un bilan environnemental ;
  • chercher un repreneur qui pourra assurer et maintenir l'emploi ;
  • répondre à chacune des offres de rachat de façon motivée ;
  • informer l'autorité administrative compétente.

Le rôle du comité d'entreprise

La loi Florange renforce les prérogatives du comité d'entreprise dans le cas d'une fermeture d'un établissement rentable avec PSE.

  • Le comité d'entreprise est informé dès la décision de la direction de fermer un site.
  • Le comité d'entreprise peut accompagner la direction de l'entreprise dans sa recherche d'un repreneur.
  • Le comité d'entreprise peut demander l'aide d'un expert-comptable dans toutes ces démarches.

En outre, quand l'entreprise reçoit une offre de rachat recevable, le comité d'entreprise est consulté et il rend un avis favorable ou défavorable.

Lire l'article Ooreka

Droit de vote double des actionnaires de long terme imposé par la loi Florange

La loi Florange adopte une série de mesures en faveur de l'actionnariat de long terme. La principale mesure est l'octroi d'un droit de vote double aux actionnaires de long terme.

Les actionnaires concernés par la loi Florange

Les actionnaires concernés sont les actionnaires nominatifs, c'est-à-dire dont l'identité est connue par la direction de la société, qui détiennent leurs actions depuis plus de 2 ans.

Le droit de vote double

La loi Florange accorde un droit de vote double à ces actionnaires nominatifs qui détiennent leurs actions depuis de plus de 2 ans. Cela permet :

  • de diminuer considérablement le poids dans les décisions d'une société des actionnaires dont le seul objectif est le profit de court terme, voire la spéculation ;
  • de renforcer les actionnaires qui sont réellement impliqués dans le long terme dans la vie de l'entreprise.

De fait, il n'est plus nécessaire de détenir la moitié des actions d'une société pour avoir la moitié des droits de vote sur une décision.

Le renforcement du rôle de l'État

La loi Florange a des conséquences importantes dans le rôle de l'État en tant qu'actionnaire de sociétés.

L'État renforce son poids dans les décisions des sociétés dont il est actionnaire.

L'État peut revendre une partie de ses actions pour encaisser des plus-values sans modifier son pouvoir et son influence dans ces sociétés. 

Aussi dans la rubrique :

Rupture côté employeur

Sommaire

Licenciement

Licenciement injustifié Licenciement pour faute Demande de dispense de tout ou partie du préavis Licenciement pour inaptitude médicale Cif et licenciement Contestation d’un licenciement injustifié auprès de l’employeur 7 recours pour faire face à un licenciement arbitraire Indemnités de licenciement imposables Reclassement Préparer son entretien de licenciement Licenciement suite à un accident du travail Entretien préalable au licenciement Licenciement d'une femme enceinte Indemnité supra légale Licenciement pour maladie professionnelle Droits des salariés lors d'un licenciement économique Information de la DIRECCTE d'un licenciement économique de plus de 10 salariés Droit du travail et licenciement Faute simple Inaptitude totale Licenciement pour retard Licenciement pour vol Nullité du licenciement Ordre des licenciements Indemnités de licenciement Contrat de travail : comment éviter d'avoir à faire son préavis ? Transaction suite à licenciement Conséquences du licenciement sur la protection sociale Licenciement avec transaction Licenciement prud'hommes Jours de carence et licenciement Notification à la DIRECCTE d’un licenciement économique de 1 à 9 salariés Demande de convocation en audience de conciliation des prud'hommes pour licenciement abusif Plan de sauvegarde de l'emploi Contester un licenciement Formalités licenciement Licenciement économique individuel Licenciement pour absences répétées Licenciement pour absence injustifiée Licenciement CESU Préavis licenciement Lettre de licenciement Licenciement économique Licenciement pour restructuration Indemnité compensatrice de congés payés Licenciement pour inaptitude avec danger immédiat Licenciement pour maladie Licenciement pour faute lourde Licenciement pour insubordination Licenciement sans préavis Procédure licenciement Lettre de licenciement pour faute grave ou lourde Licenciement économique collectif Indemnité transactionnelle Licenciement en CDI Motif licenciement Contrat de sécurisation professionnelle Procédure en cas de licenciement économique Convocation à un entretien préalable de licenciement pour faute grave ou lourde Contestation du licenciement économique Licenciement d'un salarié protégé CPF et licenciement Lettre de licenciement remise en main propre Après un licenciement Rupture du contrat de travail Licenciement pour cause de liquidation judiciaire Licenciement pour inaptitude Licenciement pour abandon de poste Refus de travailler Licenciement pour insuffisance professionnelle Notification d’un licenciement économique Que faire en cas de faute grave d'un salarié ? Licenciement pour faute grave Convocation à l'entretien préalable de licenciement Incompatibilité d'humeur au travail Notification de licenciement pour abandon de poste

Plan de départ volontaire

Plan de départ volontaire

Rupture pendant la période d'essai

Délai de prévenance