Heures supplémentaires non payées

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en janvier 2019

Sommaire

Les heures supplémentaires doivent être compensées par une majoration de rémunération ou par du repos. Si l'employeur refuse de les compenser, le salarié peut saisir les prud'hommes.

Heures supplémentaires et rémunération

Le régime des heures supplémentaires est encadré par le Code du travail.

Définition des heures supplémentaires

Les heures supplémentaires sont les heures de travail au-delà de la durée hebdomadaire légale du travail. Ce sont donc les heures au-delà de 35 heures, durée hebdomadaire légale actuelle.

Ces heures supplémentaires doivent faire l'objet d'une majoration de rémunération (ou, éventuellement, sous certaines conditions, d'un repos compensateur).

Même si l'entreprise est à moins de 35 heures par semaine (par exemple en raison d'une convention collective), seules les heures dépassant 35 heures doivent être majorées.

Si l'entreprise est à plus de 35 heures par semaine, on parle d'heures supplémentaires structurelles. Celles-ci doivent bénéficier de la majoration de rémunération.

Pour le décompte des heures supplémentaires, il faut tenir compte des heures de travail effectif. En l'absence de dispositions légales ou conventionnelles, les congés payés ne peuvent être assimilés à du temps de travail effectif. Ils ne peuvent donc pas être pris en compte pour le déclenchement des heures supplémentaires (arrêt de la Cour de cassation du 25 janvier 2017).

Heures supplémentaires : la compensation

Les huit premières heures supplémentaires doivent bénéficier d'une majoration de rémunération de 25 %, soit, pour une entreprise aux 35 heures (article L. 3121-22 du Code du travail) :

  • 25 % de majoration de la 36e heure incluse à la 43e heure incluse ;
  • 50 % de majoration pour les autres heures ;

Cas des heures supplémentaires non payées

L'employeur a le droit de demander à un salarié d'effectuer des heures supplémentaires.

Heures supplémentaires : le salarié peut-il les refuser ?

Le salarié n'a le droit de refuser les heures supplémentaires qu'en cas de motif légitime : abus de la part de l'employeur, nombre d'heures de travail demandées dans la journée supérieur au maximum journalier légal, raisons familiales, motifs médicaux, entreprise ne payant pas les heures supplémentaires qu'elle doit, etc.

Quels recours en cas d'heures supplémentaires non payées ?

Si l'entreprise ne paie pas les heures supplémentaires comme elle le devrait, le salarié peut :

  • tout d'abord, demander le paiement de ses heures supplémentaires en envoyant à l'entreprise un courrier en recommandé avec accusé de réception. Le salarié doit notamment exiger que ses heures supplémentaires soient non seulement payées correctement, mais inscrites comme telles sur le bulletin de salaire, comme la loi le prévoit ;
  • saisir l'Inspection du travail ;
  • faire intervenir le comité d'entreprise et les délégués du personnel, s'il y en a ;
  • saisir le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) si l'accumulation d'heures supplémentaires détériore les conditions de travail ;
  • saisir les prud'hommes, s'il est impossible de s'entendre avec l'entreprise. Il faut leur demander de condamner l'employeur à payer les heures qu'il doit.

De son côté, l'employeur doit produire tous éléments étayant ses affirmations s'il prétend que le salarié n'a pas effectué d'heures supplémentaires.

Pour aller plus loin :

  • Tout savoir sur le contrat de travail et les relations de travail, téléchargez gratuitement notre guide complet sur le contrat de travail.
  • Le temps de travail doit être contrôlé par l'employeur, lisez notre astuce sur le contrôle des horaires des salariés.
  • Le repos compensateur substitue du temps libre au paiement des heures supplémentaires. Lisez notre astuce sur sa mise en œuvre.