Licenciement pour absence injustifiée

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2019

Sommaire

Une absence injustifiée peut aboutir à un licenciement du salarié. Après une mise en demeure de justifier son absence, le salarié peut être convoqué à un entretien préalable de licenciement. Le point maintenant.

Définition du licenciement pour absence injustifiée

L'absence d'un salarié à son poste de travail (même en télétravail), doit toujours être justifiée :

  • par un arrêt maladie, qui doit être envoyé par un salarié à son employeur dans les 48 heures ;
  • par l'octroi par la direction de congés payés ou d'une RTT ;
  • par l'octroi par la direction d'une autre forme de congés (exemples : projet de transition professionnelle (ex CIF), congés sans solde, congé sabbatique, congé enfant malade, congé création d'entreprise, etc.) ;
  • par un congé légal pour événement familial (exemples : un congé mariage, congé pour décès, etc.).

Licenciement pour absence injustifiée : mise en demeure

Après ce délai de 48 heures, l'employeur envoie une mise en demeure de se justifier au salarié par lettre recommandée avec accusé de réception. Cette lettre demande au salarié de reprendre immédiatement son poste et l'informe des conséquences juridiques dans le cas contraire.

Ensuite, deux possibilités :

  • si le salarié revient, il peut subir une sanction disciplinaire (par exemple un blâme), mais en aucun cas être licencié, même s'il ne justifie pas son absence ;
  • si le salarié ne revient pas, l'employeur peut décider de le licencier.

Licenciement pour absence injustifiée : procédure

À partir du 4e jour d'absence, sans aucune réponse à sa mise en demeure, l'employeur est en droit de lancer une procédure de licenciement pour motif personnel.

Elle se déroule ainsi :

  • Dans un premier temps, l'employeur envoie par LRAR une convocation à un entretien préalable de licenciement. Cette convocation précise le motif de l'entretien et le fait que le salarié peut se faire assister de la personne de son choix.
  • Dans un deuxième temps se déroule un entretien préalable au licenciement, au minimum 5 jours ouvrables après la réception de la convocation. Lors de cet entretien, le salarié peut essayer de justifier son absence et demander une réintégration dans l'équipe. Si le salarié ne répond pas présent à cet entretien, cela n'évite en rien le licenciement : son absence ne bloque pas la procédure de licenciement.
  • Dans un dernier temps, l'employeur envoie par LRAR une notification du licenciement au salarié, au minimum 2 jours après l'entretien.

Les articles R. 1232-13 et R.1233-2-2 du Code du travail (issus du décret n° 2017-1702 du 15 décembre 2017 pris en application de l'ordonnance n° 2017-1387 du 22 septembre 2017 relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail) permettent au salarié de demander à l'employeur des précisions sur les motifs énoncés dans la lettre de licenciement. Cette demande doit être faite dans les quinze jours suivant la notification du licenciement, par lettre recommandée avec avis de réception ou remise contre récépissé. L'employeur dispose ensuite d'un délai de quinze jours après la réception de cette demande pour apporter des précisions s'il le souhaite.

L'employeur est autorisé à donner mandat à un salarié faisant partie du personnel de l'entreprise (directeur des ressources humaines, directeur financier...) pour signer la lettre de licenciement pour son compte. En revanche, il ne peut en aucun cas donner mandat à une personne extérieure à l'entreprise (expert-comptable, avocat...). À défaut, le licenciement est considéré comme étant dépourvu de cause réelle et sérieuse (Cass. Soc. 26 avril 2017, n° 15-25204).

Licenciement pour absence injustifiée : licenciement pour faute grave ou pas ?

L'employeur doit décider de la nature de la faute du salarié absent sans justification en fonction de sa situation personnelle, notamment :

  • son comportement passé dans l'entreprise ;
  • son niveau hiérarchique ;
  • sa situation familiale ;
  • son âge ;
  • etc.

Pour justifier d'une faute grave, l'employeur doit prouver que le maintien du salarié dans l'entreprise est rendu impossible à cause de son ou de ses absences injustifiées.

La nature de la faute retenue contre le salarié absent sans justification a des conséquences sur le calcul de ses indemnités de licenciement.

  • en cas de faute grave, le salarié ne perçoit aucune indemnité de licenciement, aucune indemnité de préavis, seulement le solde de ses congés payés.
  • si la faute grave n'est pas retenue, le salarié perçoit des indemnités de licenciement, des indemnités de préavis et le solde de ses congés payés.

Aussi dans la rubrique :

Rupture côté employeur

Sommaire

Licenciement

Indemnité supra légale Droit du travail et licenciement Contrat de travail : comment éviter d'avoir à faire son préavis ? Préavis licenciement Lettre de licenciement Après un licenciement Licenciement pour faute lourde Contestation du licenciement économique Contrat de sécurisation professionnelle Information de la DIRECCTE d'un licenciement économique de plus de 10 salariés Licenciement pour inaptitude médicale Indemnités de licenciement Ordre des licenciements Contester un licenciement Licenciement pour faute Licenciement prud'hommes Reclassement Entretien préalable au licenciement Préparer son entretien de licenciement Indemnité transactionnelle Licenciement pour insubordination Licenciement suite à un accident du travail Licenciement d'une femme enceinte Licenciement économique collectif Motif licenciement Licenciement CESU Rupture du contrat de travail Licenciement économique Notification d’un licenciement économique Licenciement pour cause de liquidation judiciaire Licenciement pour inaptitude avec danger immédiat Demande de dispense de tout ou partie du préavis Transaction suite à licenciement Demande de convocation en audience de conciliation des prud'hommes pour licenciement abusif Formalités licenciement Notification de licenciement pour abandon de poste Cif et licenciement Nullité du licenciement Licenciement pour vol Convocation à un entretien préalable de licenciement pour faute grave ou lourde Licenciement sans préavis Licenciement pour faute grave Lettre de licenciement remise en main propre Droits des salariés lors d'un licenciement économique Licenciement pour inaptitude Convocation à l'entretien préalable de licenciement Notification à la DIRECCTE d’un licenciement économique de 1 à 9 salariés Licenciement pour maladie Licenciement pour abandon de poste Licenciement pour absences répétées Jours de carence et licenciement Licenciement pour absence injustifiée Licenciement pour insuffisance professionnelle Contestation d’un licenciement injustifié auprès de l’employeur Inaptitude totale Licenciement injustifié Faute simple Licenciement pour restructuration Licenciement avec transaction Procédure licenciement Licenciement pour maladie professionnelle Conséquences du licenciement sur la protection sociale Plan de sauvegarde de l'emploi Indemnité compensatrice de congés payés Procédure en cas de licenciement économique CPF et licenciement Licenciement en CDI Licenciement économique individuel 7 recours pour faire face à un licenciement arbitraire Refus de travailler Licenciement pour retard Que faire en cas de faute grave d'un salarié ? Licenciement d'un salarié protégé Incompatibilité d'humeur au travail Lettre de licenciement pour faute grave ou lourde Indemnités de licenciement imposables

Plan de départ volontaire

Plan de départ volontaire

Rupture pendant la période d'essai

Délai de prévenance