Clause de résidence du contrat de travail : est-elle légale ?

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2019

Sommaire

Certains contrats de travail peuvent contenir une clause de résidence, appelée également « clause de domicile ». Celle-ci, sauf exceptions, est illicite.

La clause de résidence en théorie

Une clause de résidence impose à un salarié de vivre dans une zone plus ou moins réduite. Par principe, puisqu'elle porte atteinte aux libertés individuelles, elle est illicite (article L1121-1 du Code du travail).

Toutefois, elle peut être justifiée si :

  • elle est motivée par la nature des missions confiées au salarié par l’employeur ;
  • elle est indispensable à la protection des intérêts légitimes de l’entreprise ;
  • elle reste proportionnée à l’emploi occupé.
 

Clause de domicile dans la jurisprudence

On notera que la justice a plutôt tendance à déclarer les clauses qui lui sont soumises comme illicites :

  • Ainsi, il a été jugé qu'on ne pouvait imposer à un gardien d'immeuble de vivre dans la résidence tant qu'il pouvait assumer toutes ses tâches en vivant à l’extérieur.
  • De même, on ne saurait exiger d'un avocat qu’il vive à proximité immédiate de son cabinet.

Si vous êtes confronté à une clause de résidence dans le contrat de travail qu'on veut vous faire signer, négociez !

  • Essayez de voir si cette clause vous semble justifiée.
  • Dans le cas contraire, ne signez pas avant d'avoir consulté un avocat.
  • Si vous signez malgré tout votre contrat de travail, pensez que vous aurez la période d'essai non plus pour négocier mais au moins pour mettre facilement un terme au contrat.
Lire l'article Ooreka
Contrat de travail

Contrat de travail : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles sur les différents types de contrat
  • Des conseils sur le contenu, le déroulement et la modification du contrat
Télécharger mon guide